Psychiatre : Explosion des recrutements dans les établissements de santé suite aux confinements

La pandémie de la Covid-19 a affecté toutes les spécialités de la santé. Dans certaines c’est une forte baisse des consultations qui est notée. Dans d’autres, la crise est venue accentuer une pénurie de médecins déjà existante. C’est le cas de la psychiatrie. Pendant le confinement, le nombre de consultations avait nettement chuté et des structures ont fermé. À la sortie de cette période, les services se sont réorganisés pour faire face à un afflux de patients. Les troubles psychiques comme la dépression, l’angoisse ou encore les phobies ont connu une forte hausse.

Face à cette situation , le président français Emmanuel Macron a récemment annoncé des assises de la psychiatrie. En particulier de la pédopsychiatrie. Il faut dire que les moins de 18 ans ont été particulièrement touchés par ces changements brusques survenus dans notre quotidien. Une situation qui a également vu les recrutements de psychiatres exploser, ainsi que les demandes de remplacement psychiatre et d’intérim augmenter dans les cabinets de recrutement.

Psychiatre : Une pénurie accentuée par la crise sanitaire

Il faut souligner que la demande en psychiatrie en France a toujours été forte. Néanmoins depuis l’avènement de la pandémie, les professionnels du secteur ont remarqué une importante hausse. Autant dans les consultations qu’au niveau des recrutements de psychiatres dans les services hospitaliers. Une hausse qui , selon les spécialistes du recrutement médical , est due à la pandémie et aux confinements successifs.

Il faut dire que les changements survenus dans notre quotidien ont étés brusques. Les interactions sociales ont été nettement réduites ainsi que nos déplacements. Les français se sont certes adaptés à ces changements mais les conséquences sur le moral ne sont pas négligeable. Un rapport d’analyse publié en octobre 2020 avait révélé que la crise sanitaire a eu un fort impact sur les consultations en médecine psychiatrique.

Une forte hausse de l’activité des cabinets de recrutement

Les cabinets de recrutement dans le médical ont ressenti ce rebond dans leur activité. Ils ont vu leurs demandes de recrutement ou de remplacement de psychiatre doubler voire tripler. Par exemple , certains centres hospitaliers qui auparavant recrutaient en moyenne un psychiatre, ont commencé à recruter deux fois plus depuis l’été dernier. Suite donc au premier confinement.

En parallèle, les établissements de santé qui ne recrutaient pas spécialement de psychiatre ont commencé à confier des besoins de recrutement à certains cabinets. La demande en psychiatrie a pris le dessus sur les autres spécialités. En outre, en visitant certains sites d’annonces dédiées à l’ emploi médical, 80% des offres sont orientées dans l’ emploi en psychiatrie.

A cela s’ajoute une réelle pénurie de médecins psychiatres en France. La demande reste largement supérieure à l’offre. Et les psychiatres sont très souvent submergés par la charge de travail qu’ils ont. Certains enchaînent des missions de trois mois ou encore se déplacent à travers la France pour effectuer des missions de remplacement. Ils sont de ce fait souvent saturés et ont du mal à terminer leurs missions. Les remplacements de psychiatres sont d’ailleurs de plus en plus demandés dans les cabinets d’intérim .

Pédopsychiatrie et pandémie : Les enfants particulièrement touchés

Selon certains spécialistes, les enfants et les adolescents restent les plus touchés par les confinements. Le docteur Philippe Devoyod, (Chef du service de psychiatrie infanto-juvénile de l’ hôpital de Cholet) a récemment dressé un constat alarmant sur les effets de la pandémie sur les moins de 18 ans. Il a d’ailleurs plaidé pour la reprise des activités extrascolaires. Selon Isabelle Claudet (Responsable d’urgences pédiatriques à Purpan à Toulouse) un enfant sur cinq a été victime d’un stress post – traumatique durant le premier confinement.

A l’instar de son compère Phillipe Devoyod, elle s’est opposée à la fermeture des écoles qui pourrait survenir suite à un troisième confinement. Emmanuel Macron a d’ailleurs approuvé la tenue d’assises de la psychiatrie et de la santé mentale avant l’été. Le président français avait en collaboration avec des pédopsychiatres, approuvé qu’un axe soit particulièrement dédié à l’enfance et à l’accès aux soins pédopsychiatriques.

L’intérim médical : Une alternative pour les psychiatres ?

Les psychiatres sont de plus en plus tournés vers l’intérim. Une pratique qui présente de nombreux avantages pour eux . Autant sur le plan financier que dans l’allégement de leur charge de travail. Tous les moyens sont mis en œuvre pour les attirer. Ils font d’ailleurs partie des médecins les mieux rémunérés en France.

Notre expert en recrutement médical, à Médical RH,  nous a d’ailleurs confié que les établissements de santé sortent souvent les gros moyens pour retenir les psychiatres. Prenons l’exemple d’un psychiatre intérimaire dans un cabinet d’intérim médical: sa rémunération est estimée entre 500 et 650 euros journalier. En parallèle, ils ont accès à certains avantages sociaux. On peut citer la prise en charge de leurs frais d’hébergement, de nourriture ou encore de déplacement.

  • Vous souhaitez recruter un psychiatre pour des missions de remplacement cliquez → ici. Nos équipes expérimentés dans le recrutement médical depuis une dizaine d’années vous faciliteront votre recrutement.
  • Si vous êtes Psychiatre à la recherche de missions, Médical Rh vous offre un accompagnement personnalisé et de nombreux avantages. Inscrivez vous → ici.  L’ un de nos consultants vous contactera pour organiser un entretien durant lequel vous aborderez ensemble tous les contours de votre projet.
  • Contactez nous ici pour en savoir plus sur la rémunération psychiatre
  • Médecin psychiatre recrutement
  • Partager