La responsabilité du médecin de garde

Tout médecin doit être diligent et faire preuve d’une disponibilité raisonnable envers son patient et les patients pour lesquels il assume une responsabilité de garde.

Mais jusqu’où va cette obligation? Doit-il se déplacer et se rendre au chevet du patient chaque fois qu’un membre du personnel lui en fait la demande? Peut-il simplement répondre aux appels qui lui sont adressés en recommandant à distance la conduite à tenir?

Plusieurs enquêtes du Bureau du syndic ont été menées à la suite d’informations reçues selon lesquelles des médecins n’avaient pas assuré leurs responsabilités de garde. Certains ont fait l’objet d’une citation disciplinaire.

Récemment, le Tribunal des professions s’est penché sur cette question et a maintenu la décision du conseil de discipline qui avait rappelé que, lorsqu’un médecin est de garde, il devient le médecin traitant du patient dont il ne connaît que peu de choses. D’où l’importance, encore plus grande, de chercher à obtenir le maximum d’informations. Il est alors de la responsabilité du médecin de garde d’obtenir tous les renseignements pertinents pour élaborer son diagnostic. Si les réponses du personnel infirmier ne sont pas satisfaisantes, la chose à faire est simple : le médecin doit retourner consulter le dossier et examiner le patient à l’hôpital ou, à tout le moins, prendre contact avec un collègue qui pourra aller constater de visu ce qui se passe.

Dans certaines situations, le médecin de garde est appelé à la demande d’un collègue qui juge que sa présence est requise. Dans un tel dossier, un urologue a négligé de se rendre au chevet d’un patient qui présentait une chute de la tension artérielle et de l’hémoglobine, de même qu’une baisse du débit urinaire à la suite d’une néphrectomie, en dépit des informations précises et alarmantes que lui adressaient le personnel infirmier et le personnel médical, notamment l’anesthésiologiste.

Le conseil de discipline a rappelé que le médecin n’avait pas d’autre choix comme professionnel que d’assumer les vérifications et de faire un suivi serré et des plus vigilants du dossier du patient. Il devait s’assurer que le patient avait bel et bien été pris en charge par les membres de l’unité des soins intensifs et se présenter à son chevet pour vérifier que la situation était maîtrisée.

Dans cet ordre d’idées, il est utile de souligner que le médecin doit, dans les cas d’urgence, assister un confrère ou un autre professionnel de la santé dans l’exercice de sa profession lorsque celui-ci en fait la demande.

Tout médecin de garde doit en effet faire preuve de la plus grande prudence. Lorsque celui-ci est appelé au sujet d’un patient, il doit s’assurer d’obtenir toutes les informations nécessaires pour bien évaluer la situation et, au moindre doute, se déplacer pour procéder à une évaluation adéquate de son état. Cela est d’autant plus important lorsque le personnel infirmier manifeste son inquiétude ou que le médecin est appelé à plus d’une reprise pour une détérioration de l’état de santé d’un patient.

mattis ut nec eleifend neque. risus. ut