consultation médicale à distance

La consultation médicale à distance : solution pour pallier aux déserts médicaux?

Dans les territoires désertés par les médecins, une cabine de télémédecine permet aux patients d’être « auscultés » à distance

Obtenir un diagnostic médical depuis une cabine connectée, sans avoir affaire à un médecin. Voici peut-être la consultation de demain pour les patients installés dans les déserts médicaux, ces territoires qui peinent à attirer les docteurs. Ce projet n’est pas tiré d’un roman de science-fiction et l’expérience, loin de faire l’unanimité chez les professionnels de la médecine, vient d’être lancée dans le Roannais.

Un « petit cabinet médical connecté »

Ecran d’ordinateur pour guider le patient ou organiser une consultation médicale à distance, instruments de mesures mais aussi stéthoscope, dermatoscope ou encore rétinographe… La cabine est présentée comme un véritable « petit cabinet médical connecté ».

D’ores et déjà, la cabine permet aux patients qui le souhaitent de recueillir certains paramètres de leur santé – poids, pouls, tension, rythme cardiaque – transmis ensuite à un généraliste qui, en fonction, décide de l’opportunité d’une consultation.

Une seconde étape de l’expérimentation, encore soumise à l’aval de l’Agence régionale de santé, permettra de prendre rendez-vous avec un généraliste en visio-conférence.

 

La relation médecin-patient menacée ?

« La cabine ne remplace pas le médecin », assure Rémi Bouvier, directeur général de la Mutualité Loire.

« Je n’imagine pas une demi-seconde qu’une machine puisse prendre la place d’un humain mais elle peut être un support« , complète Clotilde Robin, vice-présidente de l’agglomération roannaise.

« Il faudra vérifier que tout ça s’inscrive dans un parcours de soins », prévient le secrétaire général de l’Ordre des médecins de la Loire, Jean-François Janowiak. « Dans un territoire en tension, si cela peut soulager (…) alors ça peut avoir un intérêt. »

densité de médecin généraliste en France

Discours très différents chez les généralistes locaux :

« Nous avons découvert l’existence de cette cabine par la presse. Il n’y a pas eu de concertation. C’est inadmissible et scandaleux« , déplore le docteur Bruno Pagès. Il fustige une « opération commerciale et publicitaire d’une mutuelle ».

« C’est une remise en cause de la relation médecin-patient », abonde Michel Séraille, généraliste depuis 37 ans à Roanne.

« La cabine (…) n’est qu’un outil utilisé par un praticien, rétorque Rémi Bouvier. Mieux vaut une télémédecine que rien ».

 

Sources :

www.sudouest.fr

www.lefigaro.fr

 

Actualité, Divers

Laisser un commentaire