Chiffres clés de la santé en France

L’édition 2017 du Panorama de la Santé publié par l’OCDE révèle que le système de santé en France est performant mais peut être amélioré.

Voici une revue des forces et des faiblesses de la santé en France :

Quatre indicateurs sont au vert pour la France:

 82,4 ans d’espérance de vie. Depuis 1970, l’espérance de vie a progressé de 10 ans dans tous les pays de l’OCDE (pays développés) pour atteindre 80,6 ans en moyenne. Mais la France fait encore mieux, avec une espérance de vie au-dessus de la moyenne, à 82,4 ans. Soit la 6e espérance de vie la plus élevée, le Japon (83,9 ans) restant en tête.

7% des frais à la charge des patients. Grâce à la sécurité sociale et aux dispositifs de couvertures complémentaires, les dépenses de santé restant à la charge des patients en France sont les plus faibles parmi les pays de l’OCDE, ne représentant que 7% des dépenses totales de santé.

● 63,7% de survie au cancer du côlon. La qualité des soins en France est bonne. Plusieurs indicateurs en témoignent. Le taux de mortalité par crise cardiaque (39 pour 100.000 habitants) en France est l’un des plus bas des pays de l’OCDE (112 pour 100.000). Le taux de survie à cinq ans des personnes atteintes de cancers du côlon atteint 63,7% en France, contre 62,8% dans l’OCDE.

● 11% du PIB. La France dépense pour la santé 4600 dollars par habitant, une dépense de 15% supérieure à la moyenne OCDE qui est d’environ 4000 dollars. Avec 11% du PIB consacré aux dépenses de santé, la France se situe au 5ème rang des pays de l’OCDE, après les États-Unis, la Suisse, l’Allemagne et la Suède. Le nombre de médecins et d’infirmiers par habitant est proche de la moyenne des pays de l’OCDE, mais le nombre de lits d’hôpital est bien supérieur (6,1 lits pour 1000 habitants en France contre 4,7 lits en moyenne).

Dans six domaines, la France est à la traîne:

 9% des enfants d’un an ne sont pas vaccinés contre la rougeole. En 2015, 9% des enfants âgés d’un an en France n’étaient pas vaccinés contre la rougeole, contre seulement 5 % en moyenne dans les pays de l’OCDE. Le taux de vaccination des enfants contre l’hépatite B est également très faible, la France se classant en avant-dernière position devant le Mexique. L’entrée en vigueur des onze vaccins obligatoires pour les enfants à partir du 1er janvier 2018 a pour objectif d’atteindre une couverture vaccinale de 95 % pour l’ensemble des vaccins rendus obligatoires, afin d’empêcher une recrudescence de maladies qui sont aujourd’hui quasiment éradiquées.

● 11,9 litres d’alcool pur par habitant et par an. Bien que la consommation d’alcoolait diminué de 14% en France au cours des 30 dernières années, elle demeure parmi les plus élevées dans les pays de l’OCDE. En France, 11,9 litres d’alcool pur – soit l’équivalent de 100 litres de vin – sont consommés chaque année par habitant, contre 9 litres en moyenne dans les pays de l’OCDE.

● 19% des jeunes de 15 ans fument. Avec 22,4% de la population qui fume quotidiennement, la France reste au-dessus de la moyenne des pays de l’OCDE (18,4 %). Surtout, la prévalence du tabagisme chez les jeunes est inquiétante: la France se classe en troisième position avec 19% des jeunes âgés de 15 ans qui fument au moins une fois par semaine (contre 12 % en moyenne dans les pays de l’OCDE). La hausse du prix du paquet de cigarettes à 10 euros d’ici 2020, décidée par la ministre de santé Agnès Buzyn, vise à décourager la consommation.

● 45% d’antibiotiques en plus. La France est le deuxième pays après la Grèce qui prescrit le plus d’antibiotiques. L’utilisation des antibiotiques dans l’Hexagone est supérieure de 45% à la moyenne des pays de l’OCDE, avec une consommation de près de 30 doses quotidiennes définies pour 1000 habitants contre 20 en moyenne dans les pays de l’OCDE. L’utilisation est 3 fois moins importante aux Pays-Bas (environ 10 doses seulement). Or les antibiotiques ne devraient être prescrits qu’en cas de nécessité impérative pour éviter le développement de souches bactériennes résistantes. À l’échelle mondiale, presque 700.000 décès pourraient être causés chaque année par des résistances aux antimicrobiens.

● 30% de médicaments génériques. Le taux de pénétration des médicaments génériques plafonne en France à 30% du volume du marché des médicaments, contre 52% en moyenne dans l’OCDE. Des incitations financières ont été mises en place à l’intention des médecins, des pharmaciens et des patients pour stimuler le développement des génériques et ont eu des effets positifs. Mais la liste des médicaments inscrits au répertoire, qui permet de leur substituer un générique moins coûteux, reste en France limitée.

● 10 jours d’hospitalisation. La durée moyenne de séjour à l’hôpital en France a diminué au cours des dernières décennies, mais de manière plus timide que dans les autres pays. Elle demeure la troisième plus élevée des pays de l’OCDE (derrière le Japon et la Corée), avec 10 jours en moyenne contre 8 jours dans la zone OCDE. La France a connu une croissance forte de la prise en charge en ambulatoire (sans nuit passée à l’hôpital) ces dernières décennies. Cette dernière représente maintenant plus de 90% des opérations de la cataracte, contre seulement 30 % en 2000. Mais des marges de manœuvre existent pour aller plus loin sur d’autres pathologies, par exemple l’ablation des amygdales.

 

Source :

Le figaro

Actualité, Divers

Laisser un commentaire